B-NP Magazine

Silas Nimpagaritse : « Le rôle de l’abeille n’est pas que du miel »

Rencontre avec Frère Silas Nimpagaritse de la congrégation « Bene yozefu » de Giheta. Expert en apiculture. Il nous brosse l’importance des abeilles dans la vie des êtres humains.    

« La technologie évolue très rapidement. Le domaine de l’apiculture n’est pas épargné. C’est pour cette raison que les apiculteurs burundais doivent suivre le rythme en migrant vers le moderne : abandonner les ruches traditionnelles qui, par ailleurs, produisent peu de miel», conseille l’expert.

Selon lui, les ruches kenyanes sont les mieux indiquées pour un apiculteur qui veut se lancer dans le domaine. Elles donnent une bonne production de miel : de 30 à 60 kg par an et par ruche. Le rendement peut aller au-delà, poursuit Frère Nimpagaritse. Il indique que tout dépend des régions. S’il s’agit par exemple d’une localité où il y a beaucoup de fleurs, les abeilles butinent facilement. Dans ce cas, il y a moyen de récolter deux fois voire trois par an. La ruche traditionnelle, elle, donne une production estimée entre 5 et 10 kg seulement par an.

Pollinisation des plantes

Les abeilles ne fabriquent pas du miel seulement. Elles contribuent aussi à la pollinisation des plantes. Comme l’indique Nimpagaritse, sans ces insectes, les plantes ne se reproduiraient pas. « Lorsque les abeilles butinent, elles répandent en même temps des pollens sur d’autres plantes. Du coup, les fruits apparaissent ».  Ailleurs, pendant la floraison, les agriculteurs louent les ruches remplies d’abeilles, les placent dans leurs champs pour faciliter la pollinisation. Frère Silas Nimpagaritse donne l’exemple de la Belgique.

D’après l’expert, il y a moyen de développer le secteur apicole au Burundi jusqu’à ce que le pays exporte une grande quantité de miel.  Par ailleurs, rassure-t-il, le miel burundais est parmi les meilleurs au monde.

 

 

 

 

 

 

 




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *