B-NP Magazine

Le goût de la lecture en régression

Le 23 avril de chaque année, c’est la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Quelle situation dans des écoles en Mairie de Bujumbura ? BNP Magazine a visité le lycée municipal de Rohero, direction communale de l’enseignement de Mukaza.

La plupart d’élèves du post-fondamental n’est pas beaucoup passionnée par la lecture, s’inquiète François Ntiruvakure, un des bibliothécaires. Ils n’exploitent pas en profondeur le peu de livres dont dispose l’établissement, ils se concentrent sur ceux en rapport avec leurs cours seulement, ajoute-t-il.

La Bibliothèque du lycée municipal de Rohero comprend de manuels scolaires, pour le cycle fondamental et post fondamental : guides du maître, livre de l’enseignant, livres d’arts, de sciences et de sports, etc. Les romans ou autres œuvres de loisirs se comptent à 200 pièces sur un effectif de 945 élèves.  François Ntiruvakure explique que, contrairement aux élèves du post-fondamental, ceux du fondamental aiment lire, mais préfèrent les bandes dessinées aux romans. Car, ils sont attirés par les images.

Déogratias Ntakirokora, enseignant du français reconnait la paresse des apprenants au goût de lecture. Il indique que lui et ses collègues essaient d’y remédier en contraignant ceux-ci à lire certaines œuvres, à produire des résumés et faire des exposés. Mais, un autre paramètre complique la tâche : les classes sont pléthoriques. Le professeur invite le ministère de tutelle à fournir suffisamment de livres à l’établissement. Pour lui, c’est en les exploitant qu’on découvre l’histoire de la société, les œuvres des uns et des autres sur des thématiques variées.

Attention avec les TIC !

Ntakirokore évoque une préoccupation liée au développement de technologies modernes d’information et de communication. Selon lui, elles créent un écart par rapport aux livres physiques. Et d’insister : « Conserver une œuvre sur une clé USB a beaucoup de risques. Celle-ci peut être endommagé, ou on peut perdre facilement la clé. Mieux vaut garder les deux ».

En célébrant cette journée dans le monde entier, l’UNESCO s’efforce de promouvoir la lecture, l’industrie éditoriale et la protection de la propriété intellectuelle à travers le droit d’auteur.

Genèse

Le 23 avril 1616, disparaissaient Cervantes, Shakespeare et Garcilaso de la Vega dit l’Inca. Cette date marque aussi la naissance, ou la mort d’éminents écrivains tels que Maurice Druon, K. Laxness, Vladimir Nabokov, Josep Pla ou Manuel Mejía Vallejo. C’est pourquoi elle a été choisie par la Conférence générale de l’UNESCO. L’objectif était de rendre un hommage mondial au livre et à ses auteurs. C’était aussi d’encourager chacun, en particulier les plus jeunes, à découvrir le plaisir de la lecture et à respecter l’irremplaçable contribution des créateurs au progrès social et culturel.




Leave a Reply

Your email address will not be published.

Open chat