Kirundo : Conservation de poissons, un casse-tête !

La conservation de poissons frais  pose problème. Les commerçants font recours au fumage. Pourtant, cette pratique a un impact environnemental. 

 Il est 7 h du matin, la rédaction de B-NP Magazine arrive au lac Rweru. Le soleil pointe à l’horizon. Des pêcheurs en pirogue, se dirigent vers les rives, caisses remplies de poissons.  A la sortie du lac, le responsable décharge le bateau devant son patron. Celui-ci sélectionne les meilleurs à embarquer. Destination : centre-ville de Kirundo et ses environs. Entretemps, les petits commerçants se disputent le reste pour une consommation locale.

 Pas de chambre froide !

Les congélateurs sont incontournables dans le commerce de poissons. Or, Busoni n’en dispose aucun. Les vendeurs se lamentent.

Gabriel Nkenguburundi, grossiste de poissons, rencontré au lac Rweru déplore l’absence de chambre froide. « Si j’avais des équipements, je pourrais les conserver frais pendant une longue durée. Des fois, je travaille à perte. Je suis obligé d’écouler le stock en une seule journée. Sinon, ils se détériorent ». Même son de cloche pour les petits commerçants.

Pour remédier à ce problème, certains vendeurs optent pour le fumage. Mais cette pratique a un impact sur l’environnement. Elle utilise beaucoup de bois de chauffage.

Menace environnementale 

Le gouverneur de la province de Kirundo, Albert Hatungimana reconnait les effets du système de fumage sur l’environnement. «Un seul commerçant peut utiliser un camion de bois dans deux semaines. Imaginez combien de stères !».

Il promet d’autres stratégies. « Dans nos projets, nous envisageons mettre en place un système de foyers améliorés. Ce dernier n’utilise pas beaucoup de bois. En plus de cela, nous sommes en train de chercher un expert qui pourrait nous aider à former les commerçants sur les techniques de fumage sans bois ». 

Quid de la production ?

Excepté le problème de conservation, Kirundo est le mieux indiqué pour un investisseur qui voudrait opérer dans le secteur halieutique. Avec ses 8 lacs : Cohoha, Gacamirindi, Gitamo, Kanzigiri, Mwungere, Narunganzi, Rweru et Rwihinda. Il y a mille moyens d’y installer une gigantesque industrie de pêche. La production de poissons est rassurante.  A titre d’exemple, seul le lac Rweru enregistre environ 2 millions BIF de taxes communales par semaine. Cette année, la commune de Busoni s’attend à 100 millions BIF de recette en provenance de la pêche.

Pour tout investisseur intéressé, la Zone Economique Spéciale (ZES) est là pour faciliter la tâche.