Gouvernement-ZES : Main dans la main pour l’avancement du projet

De nouvelles stratégies s’imposent pour accélérer les travaux de construction de ZES-Burundi. Alain Guillaume Bunyoni, premier ministre, a donné une série de recommandations aux parties prenantes pour la réussite du projet. C’était lors de sa visite de travail au site de Warubondo, commune de Mutimbuzi lundi  22 février 2021.

11h 18 min, le cortège du premier ministre arrive sur le site de warubondo, Zone de Gatumba, province de Bujumbura.  Des militaires et des policiers y sont déployés pour assurer la sécurité. Des honneurs militaires ouvrent les cérémonies. Cinq ministres, des cadres du gouvernement et le président de la ZES sont alignés protocolairement pour saluer cette autorité de marque. Andrew Little, président de la ZES représentant la société Procerv lui souhaite la bienvenue. Il visite les infrastructures abritant le marché y érigé. Après une brève présentation, les échanges se sont poursuivis à l’Hôtel Kiranzira Pahorina de la même localité. Ici, différentes difficultés qui handicapent le rythme des activités y sont débattues.

Les inondations

Avant l’acquisition du terrain par la société Procerv, il n’y avait pas des inondations. Les plans de construction ont été conçus en tenant compte de cette philosophie. En 2019, les aléas climatiques s’abattent sur le milieu. Par conséquent, les prévisions d’aménagement du site sont bouleversées. Andrew Little explique que les plans précédents sont voués à une révision pour les adapter à la circonstance du moment. Ainsi, des études adhoc sont commanditées. La route Gatumba-Warubondo est devenue quasi-impraticable. Ce qui freine le mouvement des engins et véhicules qui opèrent dans cette circonscription.

 

Communication

Un conseil mixte de surveillance qui pilote les activités est à l’œuvre. Toutefois, les deux parties (gouvernement-Procerv) déplorent les circonstances qui ont émaillé le processus d’exécution de leur tâche. Il s’agit entre autres de la pandémie Covid 19 qui a contraint certains des membres dudit conseil issus de Procerv à rester à l’étranger, ce qui a impacté sur le respect des calendriers des réunions, etc.

Des voies de sortie

A l’issu des échanges, le premier ministre a émis des recommandations qui impliquent chacun des acteurs à jouer efficacement son rôle. Ainsi, le contrat procerv-gouvernement doit être révisé et actualisé pour répondre aux circonstances du moment. La société développeur de la zone doit préparer les plans de construction en anticipation pour qu’il soit une base pour la mise à jour de la convention. Les plans de construction doivent prendre en compte de l’objectif final du projet. Cette société est invitée à élaborer une feuille de route.

Le gouvernement est quant à lui invité à mener des études d’urgence pour l’adduction d’eau et l’installation de l’électricité dans le site. Des études sont aussi recommandées pour la construction de la route Warubondo dans les meilleurs délais. Alain Guillaume Bunyoni explique que même si la zone n’existait pas, la connexion de cette partie qui relie le Burundi à la RDC est nécessaire.

Le conseil mixte de surveillance travaillera désormais en collaboration avec le comité des secrétaires permanents des ministères sectoriels pour l’appuyer stratégiquement.