B-NP Magazine

Frontière Gatumba : Une réouverture tant attendue

Le ministre de la santé a annoncé, lundi 4 mai 2021, la réouverture, très prochainement, de la frontière burundo-congolaise après plusieurs mois de fermeture à cause de la Covid-19. Les commerçants et étudiants exploitant ce tronçon se disent soulagés.

   Adèle Manirakiza vend des pagnes « Kitenge ». Désormais, elle ne va plus prendre le risque de passer des commandes en ligne. Le système est lourd de danger.

« Nous envoyons des modèles de notre choix à un fournisseur à Uvira. Celui-ci nous envoie des pagnes que nous récupérons à la douane moyennant paiement de la taxe douanière. Le transport en taxi est payé 50.000 FBI aller-retour. Malheureusement, on se retrouve devant les pagnes de mauvaise qualité sans la possibilité de les changer. Aller soi-même négocier les marchandises sur place viendrait sauver la situation ».

Espoir chez les Agences de voyage

Japhet Nizigiyimana est rabatteur à l’agence de voyage Alpha Express œuvrant chez « Bujumbura City Market » avant la fermeture de la frontière, il y a de cela plus de trois mois. L’annonce du ministre de la santé lui réconforte. Il espéré pouvoir  rejoindre son service très bientôt. Il en est de même pour Kamana Osé, chef d’agence Lufa Express. La maison encaissait 150.000 BIF par jour et employait dix personnes.

Les étudiants congolais aussi satisfaits

Marcelline Mapendu, fait le département d’Ophtalmologie à l’Université Espoir d’Afrique. Fille d’un couple de 9 enfants. Avec la fermeture de la frontière, il ne lui a pas été facile de supporter la nostalgie vis-à-vis de sa famille et de son entourage. Elle avait l’habitude de rentrer à Uvira chaque vendredi. Au retour, elle apportait des chaussures pour dames. Ce qui lui procurait d’importants bénéfices.

Rostico Kawayo Josué, fait les Sciences informatiques à la même université. Selon lui, la fermeture de cette frontière lui a temporairement coupé les relations familiales. « Certaines des miens sont mortes. Je n’ai pas pu assister au deuil. J’ai aussi perdu financièrement perdu ».




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *