B-NP Magazine

Buyenzi : Les habitants crient au secours!

L’eau noirâtre, nauséabonde qui descend du caniveau situé entre la première et la troisième avenue du quartier Buyenzi, se jetant dans la rivière Ntahangwa aurait un impact négatif sur l’écosystème de cette rivière et du lac Tanganyika. Les riverains crient secours. BNP-Magazine a visité l’endroit.

Il est 10h45. Un photographe et un reporteur de BNP-Magazine arrivent près du caniveau. De celui-ci descend un liquide d’une coloration noire qui se jette dans la rivière Ntahangwa. La saturation en cette couleur provient d’une panoplie de déchets, déversés par les habitants vivant le long de ce conduit. En effet, à 200 m en amont, se trouve un dépotoir sauvage: déchets de cuisine ou de jardins, textiles, huiles et déchets spéciaux, bouteilles, flacons et bocaux en verre, papiers, cartons, matière fécale, médicaments hors d’usage, etc. Entassés ici et là, constituant une immondice importante. Les eaux de pluie et de ruissellement font que ces déchets se décomposent. D’où la coloration en noire.

Pourtant, l’article 45 du code de l’environnement interdit les déversements, écoulements, rejets, dépôts directs ou indirects de toute nature, et plus généralement tout acte ou fait susceptible de provoquer ou d’accroître la pollution de l’eau superficielle ou souterraine quelle qu’en soit l’origine. Les habitants de cette localité avancent qu’ils jettent ces déchets dans cet endroit pour se protéger contre un probable glissement de terrain. Leurs maisons sont menacées par ce caniveau, disent-ils. Ils réclament l’aménagement du lieu. Ils affirment avoir attendu l’intervention des autorités municipales, sans succès.

Néanmoins, l’article 50 de ce même code recommande l’administration à jouer son rôle dans l’assainissement. « Afin de maintenir un niveau de pollution supportable dans les agglomérations urbaines, l’administration ayant en charge l’assainissement, assure l’évacuation rapide et sans stagnation des eaux résiduaires susceptibles d’occasionner des nuisances ainsi que des eaux pluviales susceptibles d’inonder les lieux habités, dans des conditions compatibles avec les exigences de la Santé Publique et de l’environnement ».

Conséquences

Toutes les eaux de cet endroit cheminent vers le lac Tanganyika. La complexité de la pollution de ces eaux suppose la composition physico-chimique qui entre en jeux. Nuisible sans doute, elle pollue l’eau et tue l’écosystème aquatique. Les poissons qui se multiplient près des rives sont les premières victimes. Certains y périssent et les autres fuient l’endroit. De plus, l’eau consommée dans la capitale économique provient en grande partie du lac Tanganyika. Dans ce cas, la Regideso utilise beaucoup de moyens pour son traitement. Limiter la pollution du lac signifierait faciliter le traitement de ses eaux et par conséquent moins d’efforts et peu de moyens.




Leave a Reply

Your email address will not be published.

Open chat